Appel à contributions

 

Langues et musiques dans les corpus chantés du Moyen Âge et
de la Renaissance

Congrès « Philologie et musicologie » IVe rencontre franco-italienne

Morimondo, Italie
1er- 4 juin 2019

 

musico_philoLa quatrième rencontre « Philologie et musicologie » se fixe pour objectif d’étudier les rapports entre langues et musiques dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance. Comment la langue influe-t-elle directement sur les modalités de composition ?

Pour répondre à cette question, nous envisageons un double postulat : d’un côté la substance même d’une langue conditionnerait certains éléments de la composition musicale qui lui sont associés comme le rythme ou la courbe musicale et, d’un autre côté, des modalités de composition pourraient être communes à certaines traditions linguistiques comme, par exemple, les procédés de centonisation. Même si la littérature sur le sujet est abondante, elle est principalement monodisciplinaire ; les travaux transversaux mêlant des compétences égales en philologie et en musicologie sont rares. Si de nombreux musicologues ou philologues se sont intéressés au rapport existant entre musique et langue, nous souhaitons que nos études s’orientent à présent vers un véritable travail entre musicologues et spécialistes des textes. De la même manière, sont peu pratiquées 1) la comparaison entre plusieurs traditions linguistiques et 2) leurs implications dans la création musicale. Plus encore, demandons-nous si ce rapport à la langue fluctue selon les genres, les formes et comment une même langue est traitée dans un cadre monodique ou polyphonique. Enfin, le travail en diachronie jusqu’au XVIe siècle aura pour objectif de délimiter les continuités et les particularités entre les différentes périodes, tant linguistiques que musicales.

La réflexion portera sur la langue latine et l’ensemble des langues vernaculaires. En suivant une tradition désormais bien établie, la rencontre privilégiera les interventions interdisciplinaires et collaboratives. Les communications individuelles et/ou consacrées à l’une des deux disciplines sont toutefois encouragées si elles entendent problématiser l’approche des objets d’étude vis-à-vis des apports de l’autre discipline ou si elles stimulent la réflexion au sein même de l’autre camp disciplinaire. Le sujet pourra être traité selon deux axes principaux :

 

  1. I. Le rapport littéral entre musique et langue. La thématique suggère une étude des liens directs entre la musique et le texte ; elle s’adresse particulièrement aux travaux interdisciplinaires. Les travaux comparatifs situés entre plusieurs traditions linguistiques sont les bienvenus. Plusieurs pistes sont envisageables :
    1. Morphosyntaxe et structure musicale : langue et forme musicale, langue et structure des motifs musicaux, etc.
    2. Métrique et musique : accentuation et rythme musical, choix du mètre/séquence rythmique particulière, etc.
    3. Phonétique et musique : rapport entre la matière sonore de la langue (accents grammaticaux et métriques) et courbe musicale, allitérations, assonances, rimes et musique, etc.
    4. Musique et langue en diachronie : modifications des rapports entre langue et musique, évolutions linguistiques et musicales, etc.
    5. Particularités musicales des textes plurilingues.
    6. Traduction de textes : continuité ou discontinuité de la musique, rapport avec la prosodie, etc.

 

  1. II. Diversités des langues et traditions musicales. La seconde thématique se veut principalement comparative ; elle pourra concerner les axes suivants :
    1. Particularités linguistiques dans les corpus chantés qui pourraient avoir des incidences sur la mélodie ou la polyphonie.
    2. Particularités musicales en lien avec la langue employée.
    3. Comparaison entre les langues : métrique, accentuation, sonorité, etc.
    4. Comparaison entre les mélodies ou les polyphonies ayant comme support des langues différentes : troubadours, trouvères, Minnesänger, etc.
    5. Réécritures : emprunts, contrafacta, citations, etc.

 

La quatrième rencontre aura lieu en Italie dans le village de Morimondo qui accueillera aussi le festival de musiques anciennes Musici Vagantes, associé à notre congrès depuis la rencontre de Rome en 2015.

 

Les langues officielles du congrès sont le français, l’italien et l’anglais. Les propositions de communications, composées d’un titre et un résumé d’environ 200 mots, devront nous parvenir au plus tard le 30 septembre 2018 à l’adresse suivante :

philomusi4@sciencesconf.org

ou directement en ligne :

https://philomusi4.sciencesconf.org

 

Après expertise du comité scientifique, une réponse sera donnée au plus tard le 15 octobre 2018. Les interventions feront l’objet d’une publication. Les présentations individuelles dureront 20 minutes et seront suivies par 10 minutes de discussion. Les présentations collaboratives (2 ou 3 intervenants) disposeront du double de temps.

Les frais d’inscription au congrès s’élèvent à 40 euros et seront gratuits pour les doctorants. Les frais de déplacement, d’hébergement et les dîners seront à la charge des participants. Le comité d’organisation pourra toutefois accorder des bourses pour couvrir tout ou partie des frais engendrés aux chercheurs qui ne disposent pas de possibilités de financement par leur laboratoire ; les doctorants et les jeunes docteurs seront bien entendu prioritaires.

 

Comité d’organisation

Christelle Chaillou-Amadieu, Gisèle Clément, Fedon Nicolaou,Federico Saviotti et Fabio Zinelli

 

Comité scientifique
Francesco Carapezza, Christelle Cazaux-Kowalski, Frédéric Duval, Isabelle Fabre, Claudio Galderisi, Isabelle His, Maria Sofia Lannutti, Maria Luisa Meneghetti, Delphine Pasques et Michel Zink