Camenae n°19 - Décembre 2016

SAVOIR-VIVRE ET GROSSIÈRETÉ DE L’ANTIQUITÉ À LA RENAISSANCE

Actes de la journée d’études d’octobre 2014, Université de Dijon, réunis par Sylvie Laigneau-Fontaine

 

image-brueghel

Illustration : Brueghel le Jeune, Les Idolâtres, (1592 – Maastricht, coll. particulière).

 

A Arthur, mihi semper vivens


Introduction par Sylvie Laigneau-Fontaine

 

Estelle Oudot (Université de Bourgogne), « "La table fabrique les amis" : quelques remarques sur le savoir-vivre dans les Propos de table de Plutarque »

 

Nicole Fick (Université de Bourgogne), « Savoir-vivre et grossièreté dans l’Antiquité romaine »

 

Alain Rauwel (Université de Bourgogne), « Civilité monastique et processus de civilisation : autour de la figure d’Hugues de Saint-Victor »

 

Virginie Leroux (Université de Reims), « Théories humanistes sur la grossièreté »

 

Mathieu Ferrand (Université de Louvain), « La langage impertinent du théâtre néo-latin : savoir-vivre et grossièreté dans deux comediae de collège (Paris, 1533) »


Catherine Pézeret (CESR Tours), « Etienne Dolet entre savoir-vivre et grossièreté »


Sylvie Laigneau-Fontaine (Université de Bourgogne), « Exigence de savoir-vivre et tentation de la grossièreté dans l’œuvre de Nicolas Bourbon »

 

John Nassichuk (Université de Western Ontario), « Les épigrammes latines de Justus Vulteius : convives, étudiants et savoir-vivre »


Claire Sicard (Université Paris-Diderot), « "J’irai cracher sur vos tombes". L’étrange Tombeau de Mellin de Saint-Gelais par Joachim Du Bellay »